08
Déc

Négocier son salaire ? Oui, mais pas n’importe comment !

Aborder la question du salaire en entretien et négocier son salaire à l'embauche ne sont pas des choses faciles à faire ! En effet, vous hésitez en parler ? Vous ne savez pas comment faire ? Vous préférez éviter la question et accepter seulement l’offre de votre employeur ? Qu'il s'agisse d'un premier salaire ou non il faut TOUJOURS négocier sa rémunération

Je vais vous donner quelques conseils pour négocier votre rémunération et aborder le plus sereinement possible la question des prétentions salariales ! 

 

Première étape : Préparez votre argumentaire 

        Vous devez avoir préparé votre argumentaire en amont de l'entretien de négociation. Car négocier un salaire demande de pouvoir justifier sa vraie valeur ! Quand vous occupez un poste et que la négociation porte sur une revalorisation de salaire, vous pouvez par exemple mettre en avant le fait que vous avez fait économiser un certain montant d'argent ou de temps à votre entreprise, que votre charge de travail a augmenté de manière importante, que vous avez la charge de manager des personnes supplémentaires, que vous avez considérablement amélioré vos résultats, que vous êtes à l'origine d'un projet très favorable au développement de l'entreprise… Bref que des choses +++++ !  

Quand vous postulez, vous devez mettre en avant vos expériences et réussites passées et toutes les circonstances dans lesquelles vous avez fait plus que ce que l'on attendait de vous. Il faut toujours que vous justifiez vos propos par des EXEMPLES et des CHIFFRES CLÉS ! Réfléchissez à ce que vous pouvez apporter à votre futur employeur : Savoir-faire ? Connaissance du secteur et des concurrents ? Bonne pratique permettant d'améliorer la productivité et la qualité ou de réduire le coût ?… Montrez de manière factuelle la concordance entre votre profil et les attentes de votre futur employeur, puis montrer tout ce que vous pouvez leur apporter. C'est sur ces points que vous pourrez négocier. Il faudra donc préparer des exemples choisis dans vos expériences qui prouvent vos compétences de manière concrète. La meilleure manière de le faire est d'utiliser la méthode STAR : 

  • S comme Situation. Commencez par présenter la situation professionnelle dans laquelle vous étiez. 

  • Puis, T, les Tâches que l'on vous avait confiées. 

  • A comme les Actions que vous avez mises en place pour accomplir les tâches. 

  • Et enfin R, comme les Résultats que vous avez obtenus. 

C’est une manière simple, précise et efficace pour mettre en avant vos compétences, votre envie et vos résultats. Sur ces bases, vous pourrez aisément entrer dans la négociation de votre salaire.

 

Deuxième étape : Choisisez le meilleur moment pour négocier

        Dans le cadre d'un entretien d'embauche, vous vous demandez certainement à quel moment il est légitime d'aborder le sujet du salaire et qui doit le faire. Vous ou l’employeur ? Tout d'abord, la négociation de salaire n'a jamais ou rarement lieu lors d'un premier entretien. Au mieux, l’employeur prendra l'initiative de parler de la rémunération le premier et il vous demandera au premier entretien quelles sont vos attentes et vos souhaits en termes de salaire. C'est pourquoi, il faut y avoir réfléchi en amont et avoir une idée précise de vos attentes.

Différentes possibilités s'offrent à vous : 

  • Vous pouvez essayer d'éviter de répondre pour obtenir des indications supplémentaires en demandant à l’employeur à quel salaire il estime le poste proposé. Cela vous permettra éventuellement de découvrir le salaire qu'il est prêt à payer et vous aurez peut-être la bonne surprise (ou pas) de voir qu'il propose plus que ce que vous attendiez. Vous pourrez ainsi ajuster les termes de votre négociation. Si le recruteur insiste, ne répondez pas précisément avant d'avoir eu une vraie proposition d'embauche. Donnez-lui une fourchette de salaire plutôt qu'un salaire précis dans un premier temps. 

  • Si vous vous êtes préalablement renseigné sur les salaires (marché/concurrents/ville…), vous devriez parvenir à une proposition assez réaliste. Le recruteur peut également vous demander quel était votre dernier salaire. Dans ce cas, il faut être honnête et transparent ! Rien ne vous empêche d'argumenter et d'expliquer pourquoi votre salaire était plus bas et quelle sont les raisons qui vous font penser que vous méritez désormais plus. S'il était plus élevé, ne donnez pas l'impression de vous brader et expliquez pourquoi celui-ci n'était pas représentatif. 

  • Dans tous les cas, la phase de négociation viendra plutôt lors du dernier entretien. Et c'est là, si vous ne pouvez pas obtenir gain de cause sur le salaire qu'il faudra essayer d'obtenir des avantages. Dans le cadre d'une demande d'augmentation, le meilleur moment est l'entretien annuel d'évaluation. En effet, c'est le moment de faire le point et de fixer les nouveaux objectifs. C'est donc le moment idéal pour mettre en avant vos réussites et argumenter sur votre plus-value, sur vos succès, votre engagement, ou votre autonomie et pourquoi pas également, vous engager sur des résultats supérieurs afin de pouvoir négocier une revalorisation de votre salaire.

 

Troisième étape : Adoptez la bonne posture

        Dans le cas d'une négociation de salaire, il faut savoir à la fois être ferme sur les points les plus importants pour vous tout en gardant de la souplesse sur ce qui le sont moins et ainsi avoir une marge de manœuvre. Ne soyez pas agressif, impertinent ou arrogant, cela n'aurait aucun effet positif sur la négociation et vous ferez sûrement perdre tout simplement le poste. Il est préférable de faire preuve d'écoute, de diplomatie et savoir se montrer à la fois motivé pour le poste tout en étant pas prêt à l'accepter dans n'importe quelle condition. Il faut vous montrer sûr de ce que vous valez et le travail que vous aurez effectué en amont en termes de recherche d'informations sur le marché, de préparation de vos arguments qui vous permettra d'afficher une confiance qui va jouer un rôle très important dans la réussite de votre négociation. Vous devez considérer la négociation comme un échange, une collaboration et non un affrontement et un rapport de force. N'entrez pas dans un rapport de force et restez ouvert aux arrangements qui peuvent vous être proposés. Quand vous aurez une proposition, signifiez que vous êtes bien sûr enthousiaste, que vous les remerciez mais que vous souhaiteriez un peu de temps pour réévaluer la proposition.

Pour résumé

- Il faut préparer vos arguments. 

- Connaître le marché sur lequel vous vous positionnez / la zone géographique / statut / les concurrents / différentes statistiques... 

- Comprendre le système de rémunération proposé par l'entreprise. 

- Estimer votre valeur / vos compétences / vos savoirs / votre plus-value ! 

Source : Nadia EL MARNISSI - Chargée de Communication

Partager