07
Oct

Le flex-office… quesako ?

2020 n’en finit pas avec ses nouveaux mots, maintenant place au “flex-office”... Mais quand est-il vraiment ? Et comment le définir ? 

 

Une expression 2.0 et une méthode de travail qui séduit de plus en plus les employés ainsi que les grands patrons. 

Concrètement, le “flex-office” ou “bureau flexible” en français, consiste à ne pas avoir de bureau attitré sur son lieu de travail, tout simplement. Sur une chaise de bureau, une chaise de salle de réunion, en terrasse d’un café et même sur son canapé, etc... Le flex-office c’est où vous le souhaitez ! Aux antipodes du traditionnel bureau attitré et personnalisable avec la petite photo de Paulo son berger allemand et des open-space (individualisant), le flex-office c’est l’essence même du salarié 2.0. Grâce à la révolution digitale, le bureau de nos jours ne se compose que d’un ordinateur portable et de son smartphone, à emporter partout où vous avez envie de travailler, dans les endroits où vous êtes le plus à votre aise. 

Le flex-office c’est le choix de travailler depuis un espace de prédilection le plus adapté à votre/vos mission(s). Le temps des open-space bruyant est abouti. 


Pourquoi faire le choix du flex-office ? 

Entre les employés absents, les congés, les arrêts maladies… Des bureaux inoccupés prennent la poussière alors qu’ils pourraient se trouver être d’une grande utilité pour d’autres collaborateurs. Il s’agit aussi d’un coût financier important : le prix des locaux s’il s’agit d’une location, leur entretien, etc… Il y a bien matière à réfléchir pour certain patron d’entreprises et de startup désirant faire des économies tout en gardant une priorité pour le bien-être de leurs employés. Soit en réduisant la taille des locaux, soit en décidant de ne plus avoir de locaux tout simplement. 


Un plus pour le bien-être de ses employés ?

Un constat a été fait, les employés sont de plus en plus désireux d’un environnement de travail confortable pour une meilleure efficacité au travail, tout en recherchant un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. 

Une remise en question du traditionnel “métro-boulot-dodo” est donc en ligne de mire de ces salariés 2.0. Les avantages sont multiples : 

  • Ne serait-ce qu’une augmentation de la productivité et de la créativité de l’employé ayant le choix de travailler dans le lieu qui lui semble le plus approprié pour diverses missions ;

  • C’est un bon moyen de casser la routine parfois déprimante ;

  • C’est aussi une manière de dire adieux aux interminables bouchons sur le périphérique (si l’employé décide de travailler de chez lui ou d’un café par exemple)… fini les 1 h 34 de route pour un trajet de 4 km ; 

  • Le flex-office est un gage d’autonomie de ses employés, il s’agit d’un management fondé sur une confiance mutuelle au lieu d’un contrôle permanent ! Un management bienveillant ou la capacité du personnel à savoir prendre ses responsabilités est relevée. Et la réussite du salarié à concilier avec intelligence vie personnelle et vie professionnelle n’est plus mit en doute ; 

  • En temps de pandémie actuelle, le flex-office est aussi un gage de protection de ses employés, en limitant le nombre de personnes aux bureaux, les limitants à de possibles expositions au virus. 


Un avenir pour le flex-office ?

Bien sûr, il n’est pas à oublier que la transition entre bureau traditionnel et flex-office nécessite un accompagnement de la part des managers/de la direction. Afin de  considérer chacun de ses employés, que personne ne soit laissé au dépourvu et que le sentiment d’appartenance à l’entreprise et l’esprit d’équipe soit toujours là. 

De plus en plus d’entreprises adoptent ce modèle de travail, mais comme tout, rien n’est parfait. C’est aux employés, aux dirigeants de faire ce qu’il y a de plus juste afin que ce modèle puisse fonctionner. Peut-être réussira-t-il à détrôner le modèle traditionnel de bureau et l’open-space... 


 

Source : Alexiane Dardaillon, Chargée de Communication

Partager